Virginie Despentes, Angélica Freitas … et ma thèse ?

(ler em português)

Virginie Despentes dit:

j’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf

Angélica Freitas répond:

parce qu’une femme bonne

est une femme propre

et si elle est une femme propre

elle est une femme bonne

Et moi. J’ai décidé d’écrire mon premier billet de façon à faire semblant que je ne parle pas de mon sujet de thèse alors que, comme on le sait bien, lorsqu’on est un/e thésard/e on a l’impression que tout touche à notre recherche.

Vu que ma thèse porte sur les discours produits en France et au Brésil sur nous, les brésilien/ne/s,  et que je suis, moi aussi, en train de faire à tout moment ce voyage entre la France et le Brésil, en particulier, à travers les chercheurs/chercheuses d’ici et de là-bas,  j’ai décidé d’enregistrer dans ce billet la découverte que j’ai faite de deux personnes, deux femmes remarquables et qui, peut être, ne le savent pas, mais qui dialoguent, et ont beaucoup inspiré mes pensées de thésarde au cours de premiers mois de mon présent séjour doctoral en France.

La première, Virginie Despentes et son livre (et quel livre !) qui s’appelle « King Kong Théorie ». « Il est formidable, ce livre, tu dois le lire », m’a dit ma directrice de thèse dès que je suis arrivée en France, et elle a bien raison.

La deuxième s’appelle Angélica Freitas, une brésilienne qui a publié un livre de poèmes, (et quel livre encore !) intitulé : « Um útero é do tamanho de um punho ». Je me permets (avec l’avis de l’auteure, merci Facebook) d’en traduire des extraits de ce livre dont le titre en français est « Un utérus a la taille d’un poing »1

https://www.flickr.com/photos/faceme/5760722799/in/photostream/

‘Niki de Saint Phalle’ Schunck Heerlen CC by FaceMePLS https://www.flickr.com/photos/faceme/5760722799/in/photostream/

Ces deux filles là parlent, à leur façon, de choses qui, à mon avis, se rapprochent:

Il y a bien d’autres choses mais par exemple, elles se placent par rapport à un discours qui met en relief le rapport corps/genre. Et, étant donné qu’il s’agit des discours produits l’un en France et l’autre au Brésil, l’un en français, l’autre en portugais, cela me permet de penser qu’il s’agit des discours circulant dans ces deux cultures linguistiques, dans ces deux spaces discursifs, qui m’intéressent directement pour ma thèse.

On peut voir ce point dans le poème Une femme propre que Angélica a écrit:

parce qu’une femme bonne

est une femme propre

et si elle est une femme propre

elle est une femme bonne

il y a des millions et des millions d’années

elle s’est mise sur deux pattes

cette femme était enragée et sale

enragée et sale et aboyait

parce qu’une femme enragée

n’est pas une femme bonne

et une femme bonne

est une femme propre

il y a des millions et des millions d’années

elle s’est mise sur deux pattes

elle n’aboie plus, elle est calme

elle est calme et bonne et propre

une femme très moche

était extrêmement propre

et elle avait une soeur moins moche qu’elle

qui était plus ou moins propre

et encore une cousine

incroyablement belle

qui maintenait propres tout simplement

les parties essentielles

qu’étaient les cheveux et le sexe

elle maintenait les cheveux et le sexe

extrêmement propres

avec du shampoing fait au Texas

par des mexicains aburridos

mais l’héroïne de ce poème

était une femme très moche

extrêmement propre

qui a mené pendant plusieurs années

une vie sans événements

une femme sobre

est une femme propre

une femme ivre

est une femme sale

parmi les animaux de ce monde

avec ongles ou sans ongles

c’est de cette femme ivre et sale

dont on peut profiter de tout

les oreilles et le groin

le ventre et les genoux

et même la queue en tire-bouchon

les petis doitgs et les orteilles

Un deuxième point que je trouve intéressant, et qui ne se veut pas séparé du premier que je viens d´évoquer, est celui des normes corporelles, liées à une certaine morale discursive, que je peux illustrer avec la liste des adjectifs portant sur des valeurs et sur le corps. Bien que les discours axiologiques ne soient pas souvent, ou toujours, marqués dirèctement dans la langue (dans la perspective de l’analyse du discours, d’où je me place) et que cela, une fois admis en tant qu’élément intégré à l’analyse, démeure un point difficile à saisir en discours,  je peux tout de même exemplifier ce point avec les adjectifs, en tant qu’évocateurs des positionnements en discours, qui apparaissent dans les extraits déjà montrés:2

« les moches » / « les vieilles » / « les mal baisées » / « femme bonne » / « femme propre » / femme sale » / « femme ivre » / « bonne meuf » / « les imbaisables » / « les camionneuses » / « hystériques », etc.

Je peux aussi illustrer les propos évoqués sur ce deuxième point, avec Virginie Despentes, qui explique l’usage des tous ces adjectifs sur les « femmes », en nous disant que :

On n’est même pas des étrangères : on est sous-titrées tout le temps, parce qu’on ne sait pas ce qu’on a à dire […]

[…] on en entendrait parler de son physique, et de sa vie familiale, dans les détails le plus sordides, et de ses complexes, et de ses problèmes.

Le troisième point que j’ai choisi de discuter c’est ce que j’ai identifié sous la forme d’un discours enragé (ou qui évoque la rage/la haine/la collère):

soit dans la façon dont s’exprime Virginie Despentes (et là, en identifiant cet aspect, je mets plus ouvertement/directement mes imaginaires et ma subjectivité en place):

Je ne suis pas furieuse contre moi de ne pas avoir osé en tuer un. Je suis furieuse contre une société […]

je suis surtout folle de rage

 soit dans plusieurs des poèmes de Angélica Freitas, où elle reprend ces discours qui expliquent:

parce qu’une femme enragée n’est pas une femme bonne

CC by JrP sur son compte flickr https://www.flickr.com/photos/ugardener/
CC by JrP sur son compte flickr https://www.flickr.com/photos/ugardener/

mes decisions d’interprétation

À partir de ça, je me pose quelques questions:

  • Y aurait-il une relation « corps/genre » avec des éléments prédiscursifs que je dirai « partagés » entre ces deux « pays », « cultures », « une partie de la population » ? Pourrait-on saisir les similitudes et les distinctions de ce rapport ?

Il s’agit là Là d’un point qui m’intéresse car, étant donné que j’essaie dans ma thése de « comparer » des discours genrés sur le Brésil et les brésilien/ne/s, circulant ici et là-bàs, cela revient à dire que je prends aussi – plutôt indirectement, on dirait – des discours sur soi-même, sur son propre rapport avec le corps, avec les valeurs attribués aux genres dans chaque société.

  • Ces deux textes nous permettent-ils de penser que ces « énoncés moraux » montreraient des discours genrés? Cela veut dire qu’ils ne porteraient pas des valeurs de la même façon lorsqu’on parle d’un corps féminin ou masculin.

Sur ce point, j’aime, également, dans les deux cas ce que perçois comme des signalisations «non-genrées », ou bien des signalisations de la possibilité d’un langage neutre, c’est à dire celles qui passent par le courant queer et qui préfèrent, à partir, par exemple, de la prise de parole trans* dans les mouvements de « genre », des positionnements non-binaires (genre-sexe, genre-séxualité), non dualiste. On peut remarquer ce positionnement dans ce que dit Virginie Despentes sur le « king kong »:

Ce King Kong n’a ni bite, ni couilles, ni seins. Aucune scène ne permet de lui attribuer un genre. Il n’est ni mâle ni femelle. Il est juste poilu et noir.  […] King Kong fonctionne, ici, comme la métaphore d’une sexualité d’avant la distinction des genres telle qu’imposée politiquement autour de la fin du XIX siècle. King Kong est au-délà de la femelle et au-délà du mâle. Il est à la charnière, entre l’homme et l’animal, l’adulte et l’enfant, le bon et le méchant, le primitif et le civilisé, le blanc et le noire. Hybride avant l’obligation du binaire.

et aussi dans les suggestions de la non-relation binaire genre/séxualité dans le texte de Angelica Freitas, que je montre à la fin de ce billet. Cela veut dire que dans les textes de Angélica on ne voit pas des passages entre le genre « femme » et sa sexualité, on ne trouve pas non plus des marquages genre « femme » et sexe biologique.

Enfin, et pour ce qui est de la rage (qui était le troisième point évoqué au début de ce texte)? Je la prends, cette rage, en tant que ma contribution, à mon insu, et j’essaie d’en rendre compte, dans ma propre étude, comme un aveu. La rage est à la base de toute la description, de tout l’analyse et et de toute l’ interprétation que je ne pourrai faire dans ma thèse3

Quoique ne faisant pas partie des mon corpus de travail, ces deux textes m’ont aidé à poser quelques questions. Donc, je ne pose que des questions et ces textes n’ont qu’un rôle, que l’on pourrait dire, métaphorique, en fin de compte.  Et cela, non pas seulement parce que je ne travaille pas directement avec eux mais parce qu’ils sont à  la place d’autres dires, d’autres discours. Ils évoquent, par l’absence, des discours qui aurait pu figurer là, et qui aurait bien pu avoir inspiré une analyse plus ou moins dans la même direction.

Je conclus, donc, avec plus des questions et plus de métaphores…

Virgine Despentes aussi :

à quel moment les femmes se connectent-elles avec leurs propres fantasmes, si elles ne se touchent pas quand elles sont seules? Qu’est-ce qu’elles connaissent de ce qui les excite vraiment?

et puis, Angélica Freitas répond ( ?) :

Il était une fois une femme qui ne ratait pas

L’opportunité de mettre le doigt dans l’anus

Dans le sien ou dans celui des autres

Le pouce, l’index, le majeur,

L’annulaire ou l’auriculaire

Elle se sentait bien avec l’auriculaire

Avec les autres, c’était toujours le majeur

Si c’était pour elle, elle mettrait déjà le pouce

Non, pas de conséquence

 

Références

Despentes, Virginie, 2006, King Kong théorie. Paris: Grasset.

Freitas,  Angélica, 2012, Um útero é de um tamanho de um punho. São Paulo: Cosac Naify.

Orlandi, Eni. Interpretação. São Paulo: Pontes.

Paveau, Marie-Anne, janvier 2012, Désir épistémologique et émotion scientifique. M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants. http://infusoir.hypotheses.org/2182

Paveau, Marie-Anne, 2014, le discours pornographique. Paris: La musardine.

Paveau, Marie-Anne, 2013, Langage et Moral. Pour une étique des vertus discursives. Limoges: Lambert-Lucas.

Pêcheux, Michel, 1983, Le discours: structure ou événement. Communication à la conférence "Marxisme and the interpretation of culture: limits, frontiers, boundaries. Université de l'Illinois, Urbana-Champaign, 6-12 juillet.

Zoppi-Fontana, Monica, 2005, Arquivo jurídico e exterioridade. A construção do corpus discursivo e sua descrição/interpretação. In: Guimarães, E., Brum de Paula, M.R. Sentido e Memória. Santa Mari: UFSM/Pontes.

 

  1. on trouve des extraits, en portugais ici et une traduction que j’ai faite ici []
  2. sur la distinction entre une perspective linguistique qui met en place une analyse lexicale et/ou syntaxique, ou même la  question de la responsabilité énonciative et une autre perspective, discursive et pluridisciplinaire, qui prône pour une éthique discursive, en démontrant que l’on ne peut pas tout dire, voir l’ouvrage Langage et Morale, dont une présentation est faite ici []
  3. sur ce sujet, voir ce très beau article qui m’inspire beaucoup sur les émotions du chercheur  []

Gloria França

Professora de francês, do departamento de Letras da Universidade Federal do Maranhão. Doctorante en cotutelle en Sciences du Langage, à l'Université Paris 13 et à l'Université de Campinas (Brésil).Doutoranda em co-tutela em Linguística na Université Paris 13 e na universidade de Campinas (UNICAMP). Ma thèse porte sur les discours sur le Brésil et sur les brésilien.ne.s, circulant dans le domaine du tourisme, en France et au Brésil. Minha tese trata dos discursos sobre o Brasil e sobre o.a.s brasileiro.a.s que circulam no campo do turismo, na França e no Brasil.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une réflexion au sujet de « Virginie Despentes, Angélica Freitas … et ma thèse ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *